Vos dons nous aideront à les nourrir, les soigner, les aider à avoir une vie normale. Aidez-nous !

rubrique :  faire un don –

24 chiens sauvés grâce aux gendarmes de Marseillan

Référence : FRANCE BLEU du 7 janvier 2022

Un élevage clandestin de chiens démantelé à Vias grâce aux gendarmes et la SPA de l’Hérault. 24 setters anglais vivaient dans des conditions déplorables. Ils appartenaient à un chasseur. L’homme en faisait son commerce.

Ne pas déclarer un élevage de chiens est illégal et les propriétaires s’exposent une forte amende. Les maltraiter en les laissant dans un enclos dans des conditions de vie déplorables est tout autant répréhensible. Un chasseur installé à Vias en a fait les frais. Cet Héraultais, considéré comme marginal a eu la surprise de voir débarquer les gendarmes de la brigade de Marseillan. Ce dernier avait été dénoncé après la publication d’une annonce sur le bon coin. L’acheteur d’un chiot avait été choqué par leurs conditions de vie.

Les gendarmes de la brigade de Marseillan, qui ont travaillé en étroite collaboration avec les enquêteurs de la SPA de l’Hérault, ont alors entamé des investigations sur ce soi-disant éleveur de setter anglais. Les chiens étaient parqués dans le jardin dans un espace réduit, sans toiture pour s’abriter du temps.

« Les animaux vivaient dans des conditions déplorables » dixit Nathalie, enquêtrice à la SPA. « Ils vivaient au milieu de leurs excréments. Les chiens retrouvés sur place n’étaient ni tatoués, ni vaccinés et n’étaient pas suivis par un vétérinaire. » 

« Les chiens étaient sauvages. Ils ne sortaient jamais de leur enclos. Ils n’étaient pas sociabilisés par l’humain. »

« Quand nous sommes arrivés pour les récupérer, ils tremblaient, se faisant caca sur eux. Certains ont mordu de peur. »

19 chiens ont été récupérés par la SPA. Les autres ont été laissé au propriétaire. Ce dernier a pour obligation de les vacciner. Les bêtes récupérées par la société protectrice des animaux ont été récemment adoptées après avoir été suivi par un expert canin.

La vente d’animaux sans être immatriculée au répertoire sirène est passible d’une amende de 7.500 euros.